3 nov. 2009

Du bout du monde


Pour arrêter le temps, j'ai cligné des paupières
Et le ciment, le fer, comme les montres de Dali
Ont coulé, ont fondu, se sont adoucis
Rien qu'avec les yeux, se jouer de la matière

2 commentaires:

  1. Quelquefois il suffit d'un regard pour tout changer.
    Belle harmonie entre la photo et le texte.

    RépondreSupprimer