28 nov. 2009

Le havre rose


D’austères antres, où stagnent des grues
Comme des hérons affamés
Lorgnant sur le ventre des bateaux ouvert
Et extirpant en fardeau leurs viscères
Marchandises aux pays lointains arrachées
Mondiale entropie, business incongru

25 nov. 2009

L'encrier de notre enfance


Profite bien bien de ce dernier août
Avant que ne bourgeonne ton buste
Et que tes mots et ton corps tu ajustes
Fin de l'enfance et innocence lock-out

24 nov. 2009

Plongée dans l'ivoire


Les images floues crient de limpidité
Ces lettres volontairement distordues
Trahissent une profonde intranquillité
Et hurlent des insanités, des mots crus
Alors que tout semble quiet et apaisé
Le corps se fache de douleur perclus

22 nov. 2009

Les adieux


Les vacances sont finies pour le père
Tandis qu'il s'éloigne, on agite les bras
Cet après-midi, on sera dans l'embarras
Et son absence laissera un goût amer

20 nov. 2009

Vibrations


Animal instrument, de boyau et de crin
Envahisseur d'harmonieuses métastases
Tu chantes et cries comme un humain
Emportant même les brutes dans l'extase

15 nov. 2009

l'autre rivage



C’est mon clone là dans la vitre ?
Mon Dieu qu’il est beau !
Je vous ai vu aussi
Quand vous passez, vous vous admirez

14 nov. 2009

12 nov. 2009

Tapis rouge


A la gare neuve d'Anvers,
De verre et tout en rouge
Ressort du décor son envers
Les oubliés du monde qui bouge

11 nov. 2009

Dimanche de novembre


Regarde le gris, la bruine et le vent
C'est novembre et ses compagnons
Et ses dimanches laids que nous haïssons
Tant ils sont longs et désobligeants

8 nov. 2009

où cours-tu ?

















Il court, il court, le furet
Et elle, est-elle en furie ?
Son bus quitte t-il l'arrêt ?
Ou a t-elle vu son petit ami ?

6 nov. 2009

La confidence


Surgissent des instants soudains et magiques
Et c'est l'opportunité, l'occasion unique
D'une confidence sans le temps de la réplique

4 nov. 2009

En roue libre


La ville et sa mécanique férocité
Sacrifie la rue, la vue à la vélocité
Thrombose des artères, atrocité
Elles sont bien empesées, nos cités

3 nov. 2009

Mort-subite



L'homme dans sa troublante bulle
Vit avec ses jouets d'enfance
Et sans nous, il est en partance
Son aventure ne fera pas d'émules

Du bout du monde


Pour arrêter le temps, j'ai cligné des paupières
Et le ciment, le fer, comme les montres de Dali
Ont coulé, ont fondu, se sont adoucis
Rien qu'avec les yeux, se jouer de la matière

2 nov. 2009

Marche tournante




Dans la spirale du colimaçon
Des mains glissent sur la lisse
Cris de filles et de garçons
Qui se poursuivent dans l'hélice.